Résidus marins : une mine d’or rose à mieux exploiter

Image

13 mai 2013 Par webmestrecrbm

13 mai 2013

Les usines de transformation de poisson du Québec produisent environ 200 000 tonnes de résidus par an. Une mine d’or rose qui gagnerait à être exploitée davantage ont convenu des scientifiques et des industriels réunis en colloques à Gaspé, en février. «  Ce qui s’en vient, c’est l’utilisation complète de la biomasse , pas question de rejets, a lancé d’emblée, Guy Viel, directeur général du Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM) de Rimouski, lors d’un colloque sur la valorisation des coproduits marins, le 26 février dernier à Gaspé.

Source :  Pêche Impacts, No 2. Avril-Mai 2013. Page6

Partager:

Twitter
Linkedin
Facebook